BCE, OAT, Euribor: ce qu’il faut retenir des différents prêts immobiliers

Définir un meilleur taux de prêt immobilier, c’est ce que souhaitent toutes les banques et les organismes de crédit qui offrent aux particuliers les meilleurs crédits immobiliers pour améliorer le financement d’un achat ou bien d’une construction de logement. La définition de ces taux passe par diverses étapes dans divers organismes.

Les taux immobiliers : comment évoluent-ils ? 

Les taux des crédits immobiliers sont fixés par certains organismes prêteurs. Ils sont de ce fait variables si les marchés financiers évoluent. La Banque Centrale Européenne (ou BCE) fixe alors un taux qui dirigera les emprunteurs. Issu de cela, il y aura des obligations assimilées par le trésor public sans oublier les taux définis appelés taux Euribor qui causeront un impact assez fort sur les taux immobiliers. Pour simplifier la démarche, la Banque Centrale Européenne perpétue un prêt aux banques de l’Union Européenne des États-membres, qui iront ensuite prêter aux particuliers souhaitant financer un projet. L’organisation est alors logique au niveau de l’indexation. S’il y a une augmentation des taux de la BCE, les banques vont faire escalader leurs taux d’intérêt, pour éviter de perdre la marge. En revanche, s’il y a une baisse de ces taux de la BCE, les banques vont aussi faire baisser les leurs pour avoir d’éventuels clients. 

Question indice, lequel utilise les banques européennes ?

Quand les banques des États membres de l’UE perpétuent un prêt de fond, elles appliquent une marge de moyenne sur les taux comme étant un indice de prêt. L’indice est nommé Euro Interbank Offered Rate (ou Euribor). Pour définir ce taux, il y a une simulation d’échéanciers types qui sera soumise aux banques actives se trouvant dans la zone de l’euro. Cet indice, défini selon les politiques de l’économie dans des pays différents, représentera le marché de l’Europe. Pour les crédits avec un taux variable, l’index utilisé est les taux Euribor. Les banques, de ce fait, prennent une bonne marge en appliquant les taux résultant du crédit immobilier. Les banquiers qui prêtent vantent l’intérêt à des taux bien variables. Pour ce faire, ils insistent sur leur faiblesse au départ sur la fixation de ces taux. Ce n’est pas si risqué car les taux pourront augmenter avec un certain temps. Cela étant, faire une négociation sur les conditions particulières si le taux plafonne, s’avère être une meilleure idée.

Concernant les obligations de l’emprunteur 

Les obligations assimilables du trésor français (ou OAT) sont définies comme étant des obligations ou bien des titres de créance qui sont négociables, et employées par les entreprises ou par les États afin de faire un prêt sur le marché financier. C’est l’État qui définit l’OAT sur une durée de 2 ans à 50 ans. Ces obligations sont des titres permettant à l’État français de réaliser un financement sur les emprunts faits par des banques (certainement, les banques eux aussi, empruntent à l’État). Ces OAT évoluent selon les besoins de tous les particuliers. Afin d’évaluer les tendances et connaître le déroulement du domaine des crédits immobiliers, les professionnels fixent l’OAT en 10 ans. Théoriquement parlant, il doit exister un temps de décalage entre le taux du prêt immobilier et l’évolution de l’OAT. 

Quand faut-il renégocier un rachat de crédit immobilier ?
Astuces pour calculer sa capacité d’emprunt