Astuces pour calculer sa capacité d’emprunt

Le financement de projets comme l’achat d’un véhicule ou d’un bien immobilier requiert fréquemment une demande de prêt. Le calcul de la capacité d’emprunt ou capacité d’endettement devient alors une étape incontournable afin d’optimiser le montant du prêt tout en maintenant un taux d’endettement raisonnable. Il existe notamment des astuces et conseils permettant de définir le montant des mensualités impliqué dans le remboursement de l’emprunt.

Les critères essentiels : revenus, dépenses et taux d’endettement

La mensualité représente la clé de voûte du crédit octroyé, en fixant un montant relativement faible, le bénéficiaire sera en mesure de jouir d’une plus grande liberté financière au détriment d’un emprunt significativement plus cher et inversement. Le premier réflexe sera donc de définir précisément toutes les rentrées d’argent dans le but de calculer le revenu mensuel. Celui-ci se basera directement sur les revenus nets accompagnés de sources complémentaires à l’exception des parts de revenus variables.

Les charges financières mensuelles étant nombreuses (nourritures, déplacement, santé, etc.), il est également impératif d’estimer précisément les dépenses fixes en incluant au passage les mensualités des emprunts restant à rembourser. Le calcul de ces mensualités figure d’ailleurs parmi les premières choses que les établissements bancaires effectueront lors d’une demande de prêt. Ces derniers vérifieront donc en règle générale que la totalité des mensualités n’excèdent pas 33 % des revenus du demandeur. Cette valeur ne constitue cependant pas en soi une limite absolue, mais elle représente un point de repère et peut ainsi faire l’objet de variation en tenant compte de la situation financière des clients.

Anticiper les dépenses d’argent importantes

Le financement de projets ne doit en aucun cas entraver le budget destiné aux besoins de la vie courante. En définissant simplement la part de revenu attribué aux plaisirs et au maintien d’une bonne qualité de vie, le calcul de sa capacité d’emprunt sera moins complexe, en rajoutant que cette opération engage le contractant sur une longue période de temps.

Les dépenses d’argent conséquentes peuvent être anticipées assez facilement (mariage, voyage, étude, etc.) et le financement de ces projets ne doit pas être perturbé par des mensualités trop coûteuses. En effet, le montant emprunté coûtera plus cher à chaque fois que la durée du prêt est rallongée, ce qui pousse la majorité des personnes à choisir la mensualité la plus élevée pour rembourser sur un temps réduit. Par exemple, contracter sur 10 ans avec une mensualité élevée par rapport à 30 ans suivi d’une mensualité relativement faible.

Dynamiser le montant des mensualités

Si le reste à vivre d’un foyer est faible après avoir déduit les mensualités d’emprunt, il est en revanche possible de modifier le montant des mensualités durant le prêt. L’option reste néanmoins liée à la nature du contrat et l’organisme prêteur, mais elle dynamise le choix des mensualités en fonction des nouvelles capacités de remboursement. Un comparateur est enfin disponible pour calculer sa capacité d’emprunt théorique, et offre même la possibilité de réaliser une multitude de simulations sous différentes conditions.

Quand faut-il renégocier un rachat de crédit immobilier ?
BCE, OAT, Euribor: ce qu’il faut retenir des différents prêts immobiliers